L'équipage de la mission STS-41G, l'écusson et les expériences à bord de Challenger.

La mission Garneau comme si vous y étiez

par Claude Lafleur
Version originale du texte publié dans le Québec Science de janvier 1985 (pages 30 à 35)  (Note: j'amorçais alors ma carrière de journaliste; il s'agit de mon premier reportage.)

Mardi, 2 octobre 1984, un grand nombre d'avions convergent vers un même but: le Kennedy Space Center. Une escadrille de petits réactés T-38 transporte un équipage de sept astronautes alors que d'autres avions -- de lignes aériennes régulières -- amènent à pied d'uvre des journalistes.
        Peu avant d'atterrir à l'aéroport de Melbourne, mon Boeing 727 survole, à l'altitude de neuf kilomètres, le Cape Canaveral. De cette hauteur, seul l'immense hangar de 52 étages où sont assemblées les Navettes est visible. Bien que je ne la voie pas, je sais cependant que l'une d'elle attend sur son pas de tir, prête à sa mission.

Veillée de lancement

        Dans la nuit de mardi àmercredi, «à 1h00 très précise du matin, annonce la NASA, le compte à rebours en vue du lancement de Challenger débute». Cette série d'opérations chronométrées consiste principalement à faire le plein en carburant des divers systèmes propulsifs de la Navette et à vérifier soigneusement l'état de chaque élément du véhicule. Ce décompte s'étend sur une période de 53 heures et 3 minutes et comprend quatre pauses qui, normalement, sont des temps de repos pour les équipes au sol. Mais, en cas de pépins, ces arrêts permettent de résoudre les problèmes et de reprendre le temps perdu.
        Pour les astronautes, mercredi est une journée de repos. À ce stade de leur préparation, ils sont considérés parfaitement aptes à réaliser leur mission. Chacun d'eux a maintenant le loisir de vivre ces derniers instants comme il l'entend. Déjà, durant la semaine précédente, ils se sont ajustés à l'horaire de vol qui leur imposera des journées débutant à quatre heures du matin. En soirée, la NASA offre une réception où sont conviés exclusivement les astronautes et leurs proches. Marc Garneau dira plus tard que cette soirée «est un moment d'intensité émotive incroyable».
        Pour nous, journalistes, mercredi marque notre entrée au centre spatial: nous y faisons la cueillette de notre carte de presse et d'une montagne de documents. C'est également l'occasion de rencontrer nos confrères, de revoir des amis et de s'en faire de nouveaux.
        Durant cette période, le compte à rebours se déroule conformément au plan. La préparation va en fait si bien que les neuf heures de pause qui marquent la journée du jeudi se transforment en quasi-congé pour les techniciens au sol. Durant la matinée du jeudi, le commandant de la mission, Bob Crippen (à droite), et son pilote, Jon McBride, pratiquent les manuvres d'atterrissage à bord d'un avion simulant parfaitement les caractéristiques aérodynamiques de Challenger.
        Pour nous, la journée se passe en conférences: tour à tour, les principaux responsables du vol et les titulaires des expériences à réaliser au cours de la mission traitent de leur «enfant chéri». Déjà, l'ambiance au Cape devient plus fébrile. En après-midi, Bob Thirsk (le substitut de Marc) nous rend visite. À quelques heures du lancement de son compagnon, Bob est d'une sérénité et d'un calme surprenant. Regrette-t-il de pas être à la place de Marc? «Non, j'y serai à la prochaine!», clame-t-il avec foi.
        En soirée, la plupart des journalistes se rendent aux abords du pas de tir. Cette traditionnelle séance de photos se fait au coucher du Soleil. La scène est fantastique: alors que le Soleil finit d'éclairer le site, une étrange machine se dresse à la verticale: un immense obus de couleur rouille est flanqué de deux cierges romains et d'un curieux planeur noir et blanc. Ce dernier, l'orbiteur Challenger, a les dimensions d'un DC-9. Il est attaché à un réservoir qui contient tout l'oxygène et l'hydrogène alimentant les moteurs principaux de l'orbiteur. De chaque côté du réservoir, deux cylindres blancs y sont attachés: ce sont les plus gigantesques fusées à poudre jamais construites. L'ensemble fait 47 mètres de haut et pèse 2,000 tonnes. En arrière plan, la structure de service, un immense agencement de métal rouge, donne accès aux diverses parties du véhicule. Imaginez, je suis à seulement une centaine de mètres d'un véhicule en partance pour l'espace!
        Jusqu'à présent, les conditions météo sont parfaites et le compte à rebours se déroule normalement: les chances de voir s'envoler Marc dès demain matin semblent par conséquent excellentes. À quelques heures du départ, je vais me reposer à l'hôtel... mais peut-on dormir dans un tel contexte? Moi pas!

L'aube du lancement

        Marc raconte sa veillée du lancement: «Je me suis couché à sept heures du soir, en me disant que si je parvenais à dormir, tout irait bien. Je pense que je n'ai pu fermer l'il que vers 21h30, et l'on m'a réveillé à trois heures du matin. J'étais particulièrement heureux d'avoir été suffisamment calme pour dormir cinq heures cette nuis-là, sans prendre de médicament. Je me suis fait la barbe, et je me suis aussi rasé un peu la poitrine afin de faciliter la pause des électrodes qui transmettront mes battements de cur durant l'envolée.»
        Vers trois heures du matin, en compagnie d'un confrère, je quitte l'hôtel. En regardant en direction du Cape, nous apercevons un énorme jet de fumée blanche qui semble émaner du pas de tir. Étrange... Au fur et à mesure que nous progressons, nous constatons que cette fumée est formée par la lumière qui jaillit des projecteurs qui illuminent la Navette. L'éclairage est tel qu'il est visible d'au moins quarante kilomètres à la ronde!
        Pour les astronautes, à la suite d'un dernier examen médical, c'est le repas traditionnel d'avant lancement. «Il y a des caméras, mais aucun de nous ne parle beaucoup, raconte Marc. Nous pensons à notre mission... c'est très proche! Au déjeuner, il y a quelques invités, dont le ministre canadien des sciences et technologies et son épouse. Cela me fait plaisir de voir des Canadiens au dernier déjeuner. Par la suite, nous revêtons notre simple combinaison unipièce [faite de toile à l'épreuve des flammes] et puis nous prenons le petit autobus qui nous conduit vers le pas de tir.»
        Il est en fait 4h13 précise lorsque l'équipage des sept astronautes quitte ses quartiers d'habitation pour monter dans une camionnette de transport toute neuve. La NASA précise qu'étant donné le nombre record d'astronautes à s'envoler, elle a dû remplacer son ancien minibus par un plus gros!
        Marc était-il nerveux à ce moment précis, puisqu'il donne l'impression de quelqu'un d'absent? «Oui probablement, j'étais vraiment absorbé par ce qui allait se passer. Je n'étais pas vraiment nerveux, mais je pensais à ce qui s'en venait. J'étais conscient que beaucoup de Canadiens avaient les yeux rivés sur moi. Je me souviens d'avoir vu certaines personnes que je connais. J'avais un peu la tête ailleurs... l'esprit ailleurs! Alors je m'embarque dans l'autobus et nous filons vers la navette. Y'a des plaisanteries... comme tout le monde qui se lève de bonne humeur!»
        En route vers le pas de tir, le convoi passe tout près du site de presse; c'est notre dernière chance de saluer l'équipage. Marc se rappelle: «Arrivé au launch pad, nous prenons l'ascenseur qui conduit jusqu'à l'aire d'embarquement, au niveau 155 [pieds]. C'est vraiment à ce moment qu'on s'aperçoit que c'est le dernier point. Si on a des doutes à propos de ce qui va se passer, il est déjà trop tard. Mais tout le monde est de bonne humeur. Mes compagnons ont l'air confiant, et cela me met plus à l'aise. Je pense que moi aussi j'avais l'air confiant... faut tous s'encourager!»
        Deux heures trente avant le lancement, les sept astronautes prennent place tour à tour à bord de Challenger. Dans l'ordre, le commandant Bob Crippen s'installe sur le siège gauche du cockpit, le pilote Jon McBride prend celui de droite. Sally Ride et Kathy Sullivan occupent les deux sièges à l'arrière du cockpit. Pour Marc et Paul Scully-Power, leurs sièges sont situés à l'étage inférieur (appelé mid-deck), alors que Dave Leetsma s'assoit près de l'écoutille.
        «En général, relate Marc, on attend à l'entrée de la petite passerelle qui conduit à la chambre blanche [qui donne accès à l'écoutille d'entrée de Challenger]. À la dernière minute, juste avant de s'engager sur cette passerelle, on va aux toilettes. N'oublions pas qu'une fois installé dans la Navette, il y au moins deux longues heures d'attente... [Les astronautes sont munis d'une "couche" qui leur permet de pourvoir au plus pressant.] Le moment venu, un technicien nous invite à nous rendre à la chambre blanche. Alors moi, j'attendais jusqu'à ce qu'un technicien me dise "ça va prendre cinq minutes".»
        «J'étais le cinquième à entrer...», poursuit-il. Contrairement aux autres membres de l'équipage, qui prennent tout leur temps avant de s'embarquer, Marc s'installe rapidement dans l'orbiteur. Craint-il qu'on lui dise: «Désolé, il n'y a plus de place à bord?» «Non! Ce qui est arrivé, c'est que Sally et Kathy ont pris pas mal de temps pour jaser (photo). Elles sont arrivées un peu trop tôt et elles ont décidé de parler aux techniciens. Par contre, lorsque je suis arrivé à la chambre blanche, ils étaient tous prêts. Je n'ai eu qu'à enfiler mon casque et mon safety harness [trousse de secours, en cas d'atterrissage impromptu] et j'ai plongé dans l'écoutille.»
        À l'intérieur de Challenger, Franklin Chang (lui-même astronaute recrue) aide l'équipage à prendre place. Chang boucle les ceintures, installe l'alimentation en oxygène, branche le système de communication individuelle, etc. «Alors tu entres, tu te mets dans ton fauteuil et puis il t'attache. Il te demande si tout va bien; tu lève ton pouce en signe de confirmation. Tu vérifies si les communications sont bonnes entre toi le centre de contrôle. Et après, tu attends...»

Seuls, au pas de tir

        Les sept astronautes ayant tous pris place à bord, Chang quitte Challenger. À 5h20, l'écoutille est définitivement fermée et tout le personnel quitte les abords de la Navette. Au pas de tir 39A, l'équipage est désormais fin seul...
        A ce moment, à quoi penses Marc durant ces deux heures? «Ah, répond-il, ça, ce sont les deux heures les plus difficiles! Il n'est certainement pas question que tu songe à redescendre!, lance-t-il en rigolant. Je peux parler avec mes compagnons. Scully-Power est à côté de moi. De temps en temps, on peut faire des blagues via le système de communications internes. On se sent très confiant, parce qu'on est entre les mains de Crippen. Lui et Jon racontent des tas d'histoires. Je parle peu... Nous faisons des farces... stupides... juste pour passer le temps et pour se rassurer.»
        Est-ce que, à un moment donné, on se demande «Et si ça explosait?» «Oui, oui, mais pas à ce moment-là. Durant ces deux heures, on se demande si vraiment on veut y aller dans l'espace... Ce n'est pas parce qu'on pense au danger, cest qu'on s'aperçoit qu'il y a quelque chose de très dramatique qui va se passer. On ne pense pas au danger tel quel, mais on se demande "Est-ce que l'expérience va me changer?, comment vais-je m'en sortir, huit jours plus tard?"  Je me rappelle que, durant les deux heures, j'y ai songé très souvent. C'est un moment très impressionnant! En fin de compte, je me suis dit "Suis-je bien entraîné?... suis-je vraiment prêt? J'ai toujours voulu faire ce que je fais et ce n'est pas le moment de vraiment y penser." Ainsi, je suis resté rationnel. "Laisse-toi aller, il est trop tard pour changer des choses. Naturellement!"... Une fois rendu dans l'espace, là on est content d'avoir maîtrisé ses doutes!»
        Le compte à rebours progresse «toujours à la perfection», nous précise avec fierté le directeur du lancement Jay Greene. Lorsque l'horloge n'indique plus que vingt minutes de décompte, la chronologie marque une pause prévue de dix minutes afin de synchroniser les ordinateurs.
        À 6h33, le compte reprend normalement jusqu'à l'ultime pause (de dix minutes) qui permet de faire face aux ennuis de dernières minutes. Tous les préparatifs s'étant parfaitement enchaînés, nous sommes prêts! Les conditions météo se montrent également favorables au tir: seuls quelques petits nuages flottent ici et là. Durant cette pause, nous sentons la tension monter dans les estrades: le silence se fait, les documents de presse sont rangés, les stylos aussi, alors que les appareils photos sont pris en mains...
        Il fait toujours nuit lorsque, à 6h54, la chronologie reprend à T-9 minutes («T moins neuf»). Sur le pas de tir, la passerelle reliant Challenger à sa rampe de lancement est retirée et Jay Greene demande aux astronautes d'abaisser la visière de leur casque et d'augmenter le volume de la radio de bord.
        Marc se rappelle: «Lorsque, finalement, on arrive aux dernières minutes, il y a tellement de choses en train de se passer qu'on se met à l'écoute des événements. Jusqu'à ces derniers instants, il n'y avait pas de bruit, rien ne fonctionnait. On pouvait avoir l'impression d'être dans un simulateur au sol. Mais lorsque les systèmes hydrauliques s'activent, ça fait du bruit. On sent que la machine commence à fonctionner. Elle prend vie! C'est alors, seulement, qu'on s'aperçoit que nous ne sommes plus dans un simulateur.»
        Les astronautes ont pratiqué des centaines de fois les opérations de départ dans les simulateurs du Centre spatial Johnson. Ils ont ainsi assimilé des séries entières de mouvements en gestes réflexes, se préparant avec minutie à faire face à toutes les éventualités imaginables. «Nous entendons plein de petits bruits. Et nous sommes aux aguets...»
        À 3 minutes et 30 secondes du décollage, la Navette ne dépend plus des servitudes du sol (alimentation électrique, principalement). Et, à trente secondes de la mise à feu, toute l'opération passe aux mains des ordinateurs de bord.
        T-16 secondes, des milliers de gallons d'eau transforment la table de lancement en véritable chute Niagara. L'eau ainsi déversée produit un coussin qui amoindrira les vibrations et les réverbérations sonores produites lors du lancement. (Celles-ci pourraient sérieusement endommager la structure de l'orbiteur, particulièrement ses ailes.)
        À T-4, «We have Main Engines start!», annonce le commentateur officiel de la NASA. Les trois moteurs principaux de l'orbiteur s'allument, produisant une poussée équivalente à cinq cent tonnes. À l'intérieur, l'équipage perçoit très soudainement la détonation. La seule poussée des moteurs de Challenger fait basculer latéralement l'habitacle des astronautes de près d'un mètre. Mais la Navette demeure toujours au sol.
        À cet instant, le Soleil s'apprête à se lever et le ciel prend ses teintes orangées. De l'angle d'où nous sommes, à 3 kilomètres de distance, nous ne voyons que peu la Navette puisqu'elle est derrière la structure métallique de service. Deux immenses nuages de fumée blanche jaillissent de chaque côté de la structure.
        Deux secondes avant le décollage, les ordinateurs de bord vérifient le fonctionnement des trois moteurs principaux et, seulement alors, actionnent la mise à feu des deux propulseurs à poudre.

Double levé de Soleil

        «3..., 2..., 1..., zero! History's largest astronaut crew is on its way!», crient les haut-parleurs. Instantanément, les propulseurs à poudre dégagent une poussée de 2500 tonnes et, immédiatement, la Navette s'élève!
       Il est alors exactement 7 heures 3 minutes et 435 dix-milièmes de seconde ce vendredi 5 octobre 1984.
        Stupéfaction! La flamme dégagée est de couleur argent si étincelante qu'elle en est presque aveuglante. Autre surprise, nous voyons s'élever Challenger presque en silence... Ce n'est en effet que quelques secondes après le départ que nous recevons le choc de l'onde sonore. Et quel choc! On dirait qu'un coup de vent nous frappe en pleine figure... et pourtant il n'y a pas de vent!
               Les deux fusées à poudre produisent une pétarade très sourde, alors que les moteurs de Challengers donnent l'impression de cracher du feu. Il se produit un vacarme épouvantable; la terre autant que nous tremblent! En s'élevant, la Navette dégage une brillante flamme longue de deux cent mètres et dresse, sur son passage, une véritable colonne de fumée grise.
        Les astronautes à bord de Challenger ne voient rien de très spectaculaire; tout au plus ont-ils l'impression que la tour de service «s'effondre» vers leur gauche. Ils ressentent cependant de tout leur être l'enfer qui se déchaîne sous eux: l'incroyable puissance qui se dégage des moteurs et le vacarme palpitant d'un vaisseau qui accélère rapidement vers les étoiles.
        À l'altitude de cent mètres seulement, le déroulement de la mission passe sous la responsabilité du centre de contrôle de Houston. Son porte-parole nous annonce que tous les moteurs de la Navette fonctionnent parfaitement.
        Le véhicule pivote de 120 degrés sur lui-même afin de s'orienter dans la direction d'une orbite inclinée à 57 degrés par rapport à l'équateur terrestre. Challenger se trouve alors suspendu au-dessous du réservoir externe et l'équipage se trouve dès lors à voler la tète en bas.
        L'accélération croit tellement rapidement que les astronautes sont compressés dans leur siège. Il devient vite impossible pour eux de distinguer toutes autres directions que celle de l'avant. Ils se sentent de plus en plus lourd et ne peuvent bouger leurs bras que très difficilement. Le véhicule grimpe déjà à la vitesse de 5,5 kilomètres à la seconde. En moins de trente secondes, le ciel bleu perçu à travers les hublots de l'orbiteur à fait place au noir foncé de l'Espace.
        Après cent vingt secondes de vol, les deux propulseurs à poudre s'éteignent. L'équipage perçoit une certaine décélération, suivie de deux éclairs: les propulseurs ont été largués. Ils seront récupérés en mer et réutilisés ultérieurement pour d'autres lancements. L'intérieur de la cabine devient alors beaucoup plus calme: seul les moteurs principaux de Challenger fonctionnent à présent et le bruit qu'ils génèrent ressemble davantage à celui de moteurs électriques.
        Pour notre part, au sol, nous admirons ce spectacle qui dépasse, croyez-en ma parole, toute imagination! En moins d'une minute et demie, il est déjà difficile de voir la Navette tant elle est haute. Il est cependant facile de suivre son chemin car la colonne de fumée est encore intacte. Détail cocasse: chemain faisant, la Navette a traversé les nuages et, à l'endroit où elle est passée, un trou bien circulaire en témoigne.
        Marc se rappelle que «durant les premiers instants de vol, on ne ressent pas tellement la force de l'accélération. Vers la huitième minute, on commence à avoir quelques difficultés à respirer, juste un peu. On subit alors une force de 3 G [trois fois la gravité terrestre], durant environ une minute et demie. Au cours de ces quatre-vingt-dix secondes, nous subissons beaucoup de pression sur la poitrine ce qui rend la respiration plus difficile. C'est désagréable, mais sans plus. Je ne dirais surtout pas que cette expérience est pénible.» C'est «la vache qui nous écrase», tel que décrit par un cosmonaute soviétique (voir Québec Science de septembre 1984).
        Le véhicule, maintenant composé de seulement Challenger et du réservoir externe, poursuit son ascension à la vitesse de 15 km/sec. À 8 minutes 51, le commandant Crippen annonce: «We've got MECO» -- les moteurs principaux de Challenger sont éteints. Le communicateur au sol, John Blaha, conclut la fin de la phase propulsée en disant simplement «Roger, Thanks up!»
        Seize secondes plus tard, le réservoir est largué et va brûler dans l'atmosphère terrestre alors que Challenger se place sur orbite. Pour Marc: «Ça vient tellement soudainement! Quand ils coupent les moteurs, t'us avances immédiatement, comme dans une auto qui frêne rapidement... très rapidement, mais ta ceinture te retient. Tu sais maintenant que tu es en apesanteur! Je me suis alors souvenu de mes exercices dans l'avion d'entraînement KC-135 où l'absence de gravité ne durait que 25 secondes. Tu réalises à présent qu'à bord du KC-135, tu n'étais pas véritablement en apesanteur comme c'est le cas dans la Navette. En avion, c'était près de 0 G, mais ici, tu es encore plus près de la gravitation zéro absolu.»

Étrange univers

        «Certaines personnes ont mentionné que la première impression que l'on a en apesanteur, c'est celle de tomber indéfiniment. Dans mon cas, je me suis senti à l'aise dès le début. Je regardais le mur devant moi et, même si j'avais la tète en bas, je n'en étais pas conscients. J'ai défait mes sangles et j'ai quitté mon siège. On nous dit de prendre tout notre temps... rien ne presse. C'est une nouvelle expérience et on veut éviter de commettre des erreurs. Y'a aussi beaucoup de monde dans la boite! Avant l'envolée, Crippen m'avait dit: "Parfois, on a tendance à se pousser un peu trop fort ou à battre des pieds, ce qui ne sert à rien." Je suis effectivement allé me frapper un peu partout, juste pour avoir l'expérience de se déplacer! J'avais bien écouté ses recommandations, et j'ai finalement appris très vite. Après quelques minutes, j'ai enlevé mes bottines afin de mieux utiliser mes pieds pour me guider et me retenir en place.»
        «L'apesanteur est un état très étrange. Nous avons une très mauvaise perception de l'endroit où nous nous trouvons, particulièrement si nous fermons les yeux quelques instants. Même si vous tentez alors de flotter sur place, le simple courant d'air engendré par le système de climatisation aura tôt fait de vous transporter n'importe où! Ainsi, si vous fermez les yeux durant cinq minutes, il est absolument impossible de savoir où vous vous trouverez! Sans la vue, vous n'avez aucune perception des déplacements et il vous est impossible de différencier le haut du bas. Si vous tentez de pointer de la main quelque chose en fermant les yeux, il y a de grandes chances pour que vous soyez totalement hors cible. J'en ai fait l'expérience plusieurs fois là-haut.»
À bord de Challenger: à gauche, Marc Garneau et Paul Scully-Power réalisant des expériences; au centre, Kathy Sullivan et Sally Ride s'amusant avec des babioles en apesanteur et, à droite, les astronautes entassés dans l'orbiteur.

        «Il y a bien d'autres phénomènes illusoires en apesanteur. L'une des expériences que j'ai réalisées consistait à prendre un objet et à l'amener derrière mon dos, tout en gardant mes yeux bien fermés. "Simple à faire", direz-vous! Bien au contraire. très compliqué à réussir dans les faits. D'autre part, lorsque vous allez vers un objet, vous avez souvent l'impression que c'est plutôt l'objet en question qui vient vers vous! Je ne puis malheureusement pas expliquer moi-même la raison de ces étranges perceptions.»
        «A aucun moment de la mission, je n'ai souffert du mal de l'espace. En fait, durant les premières heures, je me suis senti quelque peu sensible à ce genre de malaise. Mais j'ai fait attention. Notre première journée de vol étant si chargée, avec la mise sur orbite du satellite ERBS, que je n'avais pas le temps d'être malade. Je me suis, en fait, habitué très rapidement à l'apesanteur. Lorsque, plus tard, j'ai tenté de provoquer les malaises (pour les besoins de mes études médicales), il m'a été impossible de les ressentir. Et, croyez-moi, j'y ai mis beaucoup d'ardeur! A vrai dire, je n'ai aucune idée de ce qui s'est passé: j'étais pourtant convaincu que je serais malade en vol!»
        «Je dois ajouter que j'ai eu des problèmes de dos. En apesanteur, tout le corps s'étire puisqu'il n'y a pas de pression qui s'exerce sur nous. Notre colonne vertébrale s'allonge, ce qui fait réagir certains nerfs plus sensibles. On a un mal de dos semblable à celui qui nous afflige parfois sur Terre. Mais après quelques jours, ça disparaît.»
La Terre vue de l'espace; dans l'ordre, le delta du Nil, la péninsule du Sinai, le détroit de Gibraltar et un ouragan.

        «Pendant les trois premiers jours, nous mangions des aliments frais. Nous nous amusions beaucoup avec la nourriture, spécialement avec les liquides. Lorsque nous mangeons, nous nous installons aussi bien sur les murs qu'au plafond... et parfois même sur le plancher! Dans l'espace, nous n'avons pas de contraintes d'orientation, nous sommes tout aussi confortables dans n'importe quel sens. Nous occupons donc tout le volume, ce qui fait qu'il y a, en réalité, beaucoup plus de place que ce que l'on imagine sur Terre.»
        «En apesanteur, j'ai très bien dormi, mais certainement pas les huit heures prévues. Non, c'est trop excitant pour dormir aussi longtemps! On dort peut-être six ou sept heures par jour... d'un sommeil semblable à celui des terriens. Mais quand on se lève, on se réveille plus vite. Durant les premiers jours, j'ai peut-être eu un sommeil un peu plus difficile à cause de mon dos. Cependant, je ne me réveillais que pour quelques minutes de temps en temps, rien de plus grave.»

L'expérience de ma vie!

        «Mon voyage a été une expérience absolument fantastique! J'ai vraiment eu énormément de plaisir, je vous le jure. J'ai eu le privilège de faire ce que peu de gens ont pu vivre. Je m'estime fort chanceux d'être né au bon moment et à la bonne place pour vivre une expérience aussi incroyable. J'espère, du fond de mon cur, avoir la chance d'y retourner une seconde fois. Mais, à bien y penser, le simple fait d'avoir participé à une telle entreprise, ne serait-ce qu'une seule fois dans sa vie, c'est déjà formidable!»
L'équipage est venu se poser sans encombre le 13 octobre à 12h26 à Cape Canaveral, au terme d'une mission de huit jours au cours de laquelle tous les obsectifs de mission ont été remplis. À droile, le commandant Crippen, aux commandes de Challenger, observe le bon déroulement de la rentrée dans l'atmosphère. Par les hublots, il voit les gaz surchauffés qui enveloppent l'orbiteur durant la traversé de la haute atmosphère. Ci-dessous, trois images montrant l'arrivée de Challenger sur la piste de Cape Canaveral.
Leur mission complétée avec brio, les cinq hommes et deux femmes du vol STS 41-G descendent de l'orbiteur Challenger et l'inspectent avant de s'embarquer dans la mini-van qui les ramènera à leurs quartiers d'habitation.

Post scriptum  Marc Garneau a eu la chance de s'envoler pour l'espace une deuxième fois -- douze ans plus tard! -- à l'occasion de la mission STS 77 réalisée en mai 1996.  Il s'entraîne maintenant pour la mission STS 97 prévue pour l'an 2001. Bob Thirsk, son substitut, aura mis 13 ans avant de s'envoler lors de la mission STS 78 (juin 1996).

Voir la fiche de la mission STS 41-G.

© Claude Lafleur, 1999

Retour à la Page d'accueil ou à la Table des matières détaillée